Retour vers accueil
Liste des Grandes Courses Alpinisme
SNGM
Aiguille du Fou - Face Sud

L'alpiniste est un homme qui conduit son corps là où, un jour, ses yeux ont regardé...

Gaston Rébuffat

Face sud du FouAiguille du Fou - Face Sud
le 14 août 1981 : Patrick Berhault et Jean-Marc BOIVIN ont fait l'escalade de la face sud du Fou en 4 h et enchaînement de la "Directe Américaine" à la face ouest du Dru (4 h30 jusqu'au bloc coincé).


Célèbre depuis quelques années à cause de la continuité de grandes difficultés, la face Sud du Fou, au premier abord, n'apparaît pas comme une voie très esthétique. Située au sommet d'un couloir, bordée sur ses deux côtés par deux grandes épaules rocheuses, écrasée par une perspective trompeuse, la voie américaine pourrait ressembler à une simple école d'escalade.

Pourtant, après avoir gravi ce couloir assez raide, franchi une rimaye parfois problématique, remonté des goulottes très exposées aux chutes de pierres, une fois au pied de cette grande muraille monolithique dans un site particulièrement sévère, au pied de zones surplombantes, on oublie très vite cette première impression de facilité.

L'altitude du sommet n'est que de 3 501 m. La paroi ne fait que 300 m de hauteur, mais elle est d'une difficulté extrême ; cela est dû à plusieurs facteurs et tout d'abord à son allure et à sa forme assez exceptionnelles.

Toutes les autres parois du massif sont creusées de couloirs, garnies d'arêtes ou d'éperons. Celle-ci présente le caractère unique d'être une surface plane, lisse, droite qui s'inscrit dans la simplicité d'un losange en granit rouge : quatre lignes allongées qui donnent une idée de la perfection et dans le sens de la hauteur, au milieu, l'itinéraire.

Le mérite des premiers ascensionnistes, remarquables grimpeurs américains, très familiers du granit et du Mont Blanc, est d'avoir tracé cet itinéraire qui, en beauté et en pureté, est à la mesure de la paroi.
L'impression est extraordinaire. Parce que la face S n'est qu'un plan vertical, sans relief autre que des fissures superficielles, le grimpeur est sur une face et non dans une face ; techniquement c'est la seule voie S de ce style. Elle est très dure, très soutenue, tout au moins tant qu'elle ne sera pas «envahie» de pitons. L'escalade, presque entièrement libre est un enchaînement de merveilleux mouvements.

• 1™ ascension : T. Frost, J. Harlin, G. Hemming et S. Fulton, juillet 1963.
• Dénivellation : Du refuge à l'attaque, 700 m environ ; de l'attaque au sommet, 300 m environ (entre 3 200 et 3 501 m).
• Difficulté : ED, 300m, escalade exceptionnelle dans la paroi la plus raide du massif du Mont-Blanc.



Extrait des 100 plus belles de Rébuffat.

© grandes-courses-alpinisme.com 2005-2017
Alpinisme - Webmaster - Conception : Béatrice Cardinale
Téléphone : 04.93.13.93.34 / 06.07.58.61.82 - Conditions de vente
Email :
Valid XHTML 1.0!