Retour vers accueil
Liste des Grandes Courses Alpinisme
SNGM
ASCENSION DE LA FACE SUD DE L'ANNAPURNA.
STÉPHANE BENOIST & YANNICK GRAZIANI ont réussi, jeudi 24 octobre 2013,
l'ascension de la FACE SUD DE L'ANNAPURNA.(8.091 mètres).
Ils sont redescendus par la face sud...






Ernest Hemingway disait:
« Il y a seulement trois sports : la tauromachie, la course automobile et l'alpinisme ; tous les autres ne sont rien que des jeux d'enfants .»

...
6 novembre 2013
Stéphane est rentré à Nice
...
03 novembre 2013

La cordée a descendu la face sud.
Stéphane souffre de gelures et les deux alpinistes ont été évacués depuis la moraine vers l’hôpital de Katmandou.
Stéphane est de retour en France depuis hier pour être soigné à Sallanches.
...
28 octobre
2013
Retour à Katmandou...
...
24 Oct 2013 - 14h30
Ca y est, c'est fait, il sont au sommet
Bravo à tous les deux !
...
23 Oct 2013
Près du sommet
Ils sont à 7700m.
Ils ont mis du temps, 3 jours, pour franchir la partie la plus technique.
Les bivouacs n'ont pas été confortables.
Ils ont dormi une nuit sans la tente, comme dans les Alpes.
Nous n'avons pas eu de nouvelles à cause de ces conditions difficiles.
Ils tentent le sommet demain.
La météo aujourd'hui était très bonne, doux au soleil, froid à l'ombre et peu de vent.
Sa voix était un peu marquée par l'effort mais sa détermination et lucidité semblaient nettes.
...
20 Oct 2013
Stéphane a appelé Laure samedi.
Ils étaient avec Yannick à 6550m.
C'était une journée de repos car il y avait un petit coup de mauvais temps.
Dimanche, ils prévoyaient de traverser vers la voie Béghin/Lafaille qui semblait plus facile.
Il reste ensuite 400m technique et 100m plus facile.


...
17 Oct 2013
Nicolas Féraud a reçu un message vocal de Stéphane hier.
Ils étaient hier au camp de base avancé à 5000m.
Ils sont partis ce matin dans la face pour une première tentative et doivent dormir cette nuit à 6100m.
la météo est bonne mais très très froide : voir le bulletin
...
09 Oct 2013
Stéphane et Yannick sont en ce moment à 6505m d'altitude au sommet d'une montagne non nommée sur la carte et potentiellement vierge.
Ils ont ouvert, dixit Stéphane une superbe goulotte de 700 m, TD+ avec un passage à 95° en glace.
La cime du sommet est toute plate contrairement à tous les versants de cette montagne qui sont bien raides.
Ils ont bénéficié d'un créneau de 3 jours de beau temps, le premier depuis le début du voyage!
Ils prévoient de rester 2 jours en altitude pour s'acclimater mais la météo est plus instable.
Auparavant ils se sont acclimatés sur un autre sommet à 6100m en s'arrêtant à 100m de la cime à cause du mauvais temps.
C'était bon d'entendre Stéphane et Yannick et de sentir que tout fonctionnait bien.
...
30 septembre 2013
Annapurna 2013
C'est un projet qu'ils avaient tenté en 2010
Voici de leurs nouvelles au 30 septembre, une douzaine de jours après leur départ de France :
L'acclimatation se passe bien, ils ont choisi volontairement une vallée peu fréquentée.
Toujours dans le but de s'acclimater, ils sont partis aujourd'hui pour gravir mercredi un sommet à 6100m non nommé sur la carte. Il se situe autour du versant sud de l'Annapurna III.
La météo est globalement un peu meilleure qu'en 2010.
La face sud de l'Annapurna I était bien sèche. Elle s'est reblanchie suite à un épisode de neige qui a déposé 30cm à 5000m.
Au son de leurs voix, je sentais que tout fonctionnait bien!
....


Presse:

kairn.com
Par Cedric Larcher
Article saisi le Vendredi 22 Novembre 2013

Stéphane Benoist et Yannick Grazziani racontent leur ascension de l'Annapurna par la face sud

Stéphane Benoist est un brillant grimpeur niçois de 42 ans a une liste de courses longue comme le bras. Guide depuis 1998, son expérience du haut niveau en montagne l'a conduit à encadrer les équipes nationales jeunes de la Fédération Française des Clubs Alpins de Montagne et, plus récemment, à encadrer les futurs guides de haute montagne à l'ENSA de Chamonix. En Himalaya, Stéphane Benoist s'est déjà frotté à l'Annapurna par l'arête est avec Yannick Graziani, puis avait encaissé un premier échec de la face sud en 2010.
Il compte aussi parmi ses exploits: la face sud du Nuptse en 2008, la face nord du Kwande Lho (6187m, Népal) en 2006, le Chomo Lonzo nord (7200m, Tibet) en 2005 et la face nord du Thalay Sagar (6904m, Inde). 
...
cote-d-azur.france3.fr
Par Olivier Le Creurer
• Publié le 21/11/2013 | 11:23, mis à jour le 21/11/2013 | 12:33

Nice : Stéphane Benoist raconte son ascension de l'Annapurna par la face sud
Le Niçois Stéphane Benoist, et Yannick Graziani,originaire de Tourrettes-sur-Loup ont atteint, le 24 octobre, le sommet de l'Annapurna (8.091 mètres) dans l'Himalaya par la face sud. Un exploit mythique. Le Niçois souffre d'importantes gelures. Il est l'invité du midi pile ce jeudi. 
...
rtl.fr
Par | Publié le 05/11/2013 à 11h33 | RTL Matin
TÉMOIGNAGE - Stéphane Benoist a dû être amputé de plusieurs doigts et orteils après son ascension de l'Annapurna le mois dernier. Le guide de haute montagne, sans regret, entend néanmoins poursuivre son activité.
Le 24 octobre, après 8 jours d'ascension, Stéphane Benoist, 42 ans, réalise son rêve en atteignant le sommet de l'Annapurna par la face Sud, la plus difficile du célèbre mont de l'Himalaya. "C'est vraiment un moment merveilleux avec, en plus, un panorama exceptionnel. C'est vraiment génial", commente le guide de haute montagne au micro de RTL, quelques jour après son exploit.
Je ne pouvais plus mettre un pied devant l'autre. C'était comme un calvaire.Stéphane Benoist
Mais, au sommet, Stéphane Benoist est déjà très fatigué. La descente va être terrible, avec des températures atteignant les -30°. "Mon état physique s'est dégradé. J'étais de plus en plus épuisé, je ne pouvais plus mettre un pied devant l'autre. C'était comme un calvaire", poursuit-il.
Multiples amputations
Arrivé au camp de base, il constate des dégâts au niveau de ses orteils et de ses doigts, les températures extrêmement basses ayant entraîné de graves gelures. "C'était devenu tout noir", précise Stéphane Benoist qui a dû être amputé de plusieurs doigts et orteils. Exactement comme Maurice Herzog, il y a 63 ans.

Malgré ces amputations, Stéphane Benoist ne regrette absolument rien. "Je continuerai à être guide. Il existe des prothèses. Moi, ma vie c'est la montagne. Je me suis construit autour de ça. Je vais continuer, il n'y a pas de raison que ça s'arrête", conclu-t-il.
...
ledauphine.com
HAUTE-SAVOIE Après l'Annapurna et malgré les amputations, Stéphane Benoist veut repartir en montagne!

L'alpiniste et guide niçois Stéphane Benoist retrouve peu à peu le moral et ses esprits après son aventure à l'Annapurna (8091m). Avec son compère Yannick Graziani, guide à Chamonix, il a réalisé la deuxième ascension de la terrible directe de la face sud en octobre dernier au prix de graves gelures.
Après un séjour à l'hôpital de Sallanches, Stéphane a été hospitalisé à Nice. Il a rejoint son domicile et sa famille le week-end dernier. Le bilan est fidèle à ses prévisions. L'alpiniste devrait être amputé de huit à neuf orteils. Quant aux mains, il devrait perdre les premières phalanges de trois doigts de la main droite et quelques bouts à la main gauche. Malgré tout, Stéphane Benoist n'entend pas abandonner son métier de guide qui représente toute sa vie. « J'adapterai ma pratique. D'autres alpinistes comme Daudet ou Boniface ont pu regrimper après des amputations. Pour le terrain mixte avec l'aide des piolets, ça devrait aller. Pour le rocher pur on me dit que je pourrai grimper à nouveau mais j'attends de voir. »
L'alpiniste compte reprendre son activité de professeur à l'école nationale de ski et d'alpinisme à Chamonix au printemps prochain.
...
France 3
Par Franck Grassaud - Publié le 29/10/2013 | 11:03, mis à jour le 29/10/2013 | 11:59

Après Ueli Steck, Stéphane Benoist et Yannick Graziani gravissent l'Annapurna par la face Sud
Ils y sont arrivés! Le guide de Nice, Stéphane Benoist, et le guide de Chamonix, Yannick Graziani, ont atteint le sommet de l'Annapurna, en passant par la face Sud. Un parcours de nouveau d'actualité depuis l'exploit de Ueli Steck qui l'a gravi en 28 heures! Les deux alpins ont eu moins de chance.

Ce mardi 29 octobre, Stéphane Benoist et Yannick Graziani sont encore à l'hôpital de Katmandou. Ils devraient rentrer à Sallanches dans les 48 heures. Le Niçois souffre d'importantes gelures. Mais ils l'ont fait! Quelques semaines après l'exploit en solo de Ueli Steck, Stéphane et Yannick sont arrivés à 8091m, jeudi dernier.

Comme le Suisse, ils ont emprunté la face Sud de l'Annapurna. Un itinéraire mythique car insoumis où Pierre Béghin avait trouvé la mort en 1992 alors qu'il grimpait avec Jean-Christophe Lafaille.

Dans ce secteur, ce qui fait la différence c'est bien souvent la météo. Une chose est sûre, Stéphane et Yannick ont écopé du pire. Les alpinistes auraient mis cinq jours pour gravir les 1500 derniers mètres jusqu'au sommet.

Montagna.tv
29 October 2013 - 09:37 | Autore: Valentina d'Angella

KATHMANDU, Nepal — Sono stati evacuati dal campo base dell'Annapurna Yannick Graziani e Stephane Benoist, le due Guide alpine francesi che il 24 ottobre sono arrivati in vetta all'ottomila da Sud seguendo la via aperta da Lafaille e Beghin, completata solo pochi giorni prima da Ueli Steck. Dopo la notizia di cima si aspettavano aggiornamenti sulla loro discesa: secondo le ultime informazioni Benoist avrebbe riportato congelamenti e i due sarebbero ora a Kathmandu.
La notizia dell'evacuazione arriva da Nicolas Feraud, Guida alpina francese, in contatto con i due protagonisti della bella salita all'Annapurna, compiuta tra il 17 e il 24 ottobre (dal campo base avanzato agli 8091 metri della vetta). Otto giorni di salita, più la discesa: un tempo lunghissimo se paragonato alla velocità di Ueli Steck, che pochi giorni prima aveva percorso la stessa via, completandola per la prima volta, in 28 ore totali e da solo. Ma Steck "non fa testo", viene da dire, e non per questo la salita di Graziani e Benoist perde di valore.
"I due sono scesi dalla parete sud – dice l'aggiornamento di Nicolas Feraud riferito sul sito www.guides06.com -. Stephane ha riportato congelamenti e i due alpinisti sono stati evacuati dalla morena e portati all'ospedale di Kathmandu". Secondo il sito americano, le condizioni di Stephane in ogni caso non sembrerebbero essere gravi.
Non si hanno al momento ulteriori dettagli sulla via di salita né sulla discesa, ma a quanto pare i due avrebbero impiegato diversi giorni ad arrivare in cima a causa delle cattive condizioni della montagna, cambiate evidentemente rispetto a quelle trovate da Steck nella sua solitaria.
Yannick Graziani e Stephane Benoist sono due alpinisti con lunga esperienza in alta quota, entrambi nominati più volte ai Piolet d'Or. Insieme avevano tentato l'Annapurna versante Sud nell'autunno 2010. Quella volta avevano salito prima una cima di 6000 metri per acclimatarsi, poi l'Annapurna Sud (cima di 7219 metri) e infine tentato più volte la salita dell'ottomila, venendo però sempre rimbalzati dal maltempo. Si erano fermati a quota 6800 metri, salendo dalla via dei Giapponesi.
Anche quest'anno, secondo Explorersweb, erano arrivati al campo base dell'Annapurna versante sud il 30 settembre, e si erano poi acclimatati salendo una cima di 6100 metri vicina alla parete sud dell'Annapurna III. Nei giorni della salita di Steck si trovavano invece su un'altra montagna vicina di 6500 metri.

Thebmc

Benoist and Graziani repeat Ueli Steck's route on Annapurna
Posted by Lindsay Griffin on 30/10/2013

Remarkably, just a couple of weeks after Ueli Steck's ground-breaking solo ascent of Annapurna's south face, his route received a second ascent from experienced French alpinists Stéphane Benoist and Yannick Graziani.
It's hard to think of another occasion when a route of such magnitude and historic significance on a high Himalayan peak has been repeated so quickly after the event.
However, the story of Benoist and Graziani is very different from Steck's.
To acclimatize the pair made the first ascent of an unnamed peak of 6,505m, a fine summit on the eastern rim of the Annapurna Sanctuary, between Annapurna III and Gandarbha Chuli.
Benoist and Graziani climbed a prominent couloir on the southwest flank (700m, TD- with sections of 90°) and then spent two nights on the summit.
During their second night they received a text message from Steck (the original intention had been for all three climbers to share the same permit for Annapurna), saying he was going for the summit of Annapurna I that evening.
By the time they got down, Steck was already gone. Apparently he "ran" from base camp to Pokhara in one day. The French were amazed that Steck could have climbed the south face after just a single acclimatization trip to 6,500m.
A spell of bad weather now put down 30-40cm of snow on the south side of the Annapurna range, and the two French had to wait until the 17th October before starting their main ascent.
They took a different and safer line to Steck in the lower section, at first on or alongside the rocky spur on the left side of the main couloir, to reach a bivouac at ca 6,100m. 
From there they slanted up and across the couloir (50-70°) to a safe bivouac site at ca 6,650m on the Japanese Pillar, a place they both knew from a previous attempt in 2010.
The weather now turned for the worse, with snow and wind. After spending three nights at this bivouac, eating, drinking and resting, the pair climbed up left to reach the foot of the rock barrier at ca 7,100m.
Here, with Benoist in the lead, they climbed four very difficult pitches. Two of these proved really taxing, with unprotectable, thin, delicate, vertical ice.
On the next day, having overcome more hard pitches (80-90°), they almost reached the top of the barrier, bivouacking at around 7,400m. In the middle section of the barrier, they noticed, over to the right, an old rigid stem Friend, and Karabiner, presumably remnants of the Béghin-Lafaille attempt. They also noted traces of Steck's passage at around 7,300m.
The following day the pair climbed several more hard pitches (the most difficult again led by Benoist) to bivouac at 7,550m, and the next day reached the summit. 
They immediately began the descent to their 7,400m bivouac, but by this stage Benoist was in trouble, moving increasingly slowly. That night it turned windy, and the weather forecast promised snow.
Next day, with Graziani organizing the rappels, they descended below the foot of the rock barrier and, at Graziani's insistence, continued down into the night. By now they had no working torches, and Graziani would arrange the anchors by the light cast from a lit stove.
They continued through the night, with anchors becoming increasingly dubious, until their first bivouac site, where they slept for a few hours (their gas ran out at this point). Fortunately, the night had been calm, the forecast snow did not arrive, and Graziani was able to work with bare hands.
The pair reached the bergschrund on the 26th and then took six hours to cover the relatively short distance to advanced base. Realizing that neither climber, but particularly Benoist, could go no further, on the following day Graziani used a solar panel to charge the satellite phone and call for a helicopter.
On the 28th both Frenchmen were in Kathmandu, where Benoist would remain in hospital, receiving treatment for serious frostbite to both fingers and toes.
Graziani was more fortunate and appears to have escaped the ordeal more or less unscathed.
Although this ascent will obviously be completely overshadowed by Steck's, it's significance should not be underestimated.
Thanks to Rodolphe Popier for help with this report

France 3
Par Franck Grassaud, Publié le 29/10/2013 | 11:03, mis à jour le 29/10/2013 | 11:59

Après Ueli Steck, Stéphane Benoist et Yannick Graziani gravissent l'Annapurna par la face Sud

Ils y sont arrivés! Le guide de Nice, Stéphane Benoist, et le guide de Chamonix, Yannick Graziani, ont atteint le sommet de l'Annapurna, en passant par la face Sud. Un parcours de nouveau d'actualité depuis l'exploit de Ueli Steck qui l'a gravi en 28 heures! Les deux alpins ont eu moins de chance. 

Ce mardi 29 octobre, Stéphane Benoist et Yannick Graziani sont encore à l'hôpital de Katmandou. Ils devraient rentrer à Sallanches dans les 48 heures. Le Niçois souffre d'importantes gelures. Mais ils l'ont fait! Quelques semaines après l'exploit en solo de Ueli Steck, Stéphane et Yannick sont arrivés à 8091m, jeudi dernier.  

Comme le Suisse, ils ont emprunté la face Sud de l'Annapurna. Un itinéraire mythique car insoumis où Pierre Béghin avait trouvé la mort en 1992 alors qu'il grimpait avec Jean-Christophe Lafaille

Dans ce secteur, ce qui fait la différence c'est bien souvent la météo. Une chose est sûre, Stéphane et Yannick ont écopé du pire. Les alpinistes auraient mis cinq jours pour gravir les 1500 derniers mètres jusqu'au sommet.

.....

Kairn.com
Stéphane Benoist et Yannick Graziani au sommet de l'Annapurna par la Face Sud
Par Cedric Larcher
Article saisi le Vendredi 25 Octobre 2013 à 10:15

Le Guide Niçois Stéphane Benoist et le guide chamoniard Yannick Graziani, ont atteint, jeudi matin, par la face Sud le sommet de l'Annapurna (8.091 mètres).

Ils sont semble-t-il montés par la face Sud, par l'itinéraire tenté en 1992 par Pierre Beghin et Jean-Christophe Lafaille et qui s'était soldée par la mort de Pierre et un retour épique de Lafaille. 

Il leur aura fallu cinq jours pour gravir cette paroi qu'ils avaient déjà tentée en 2010 avant d'être stoppés par les conditions météo à 6800m
C'est ce même itinéraire qui a été parcouru il y a deux semaines par Ueli Steck en un temps record de 28h.
Yannick et Stéphane se connaissent bien. Ils faisaient déjà cordés durant leur adolescence avant de rejoindre les équipes nationales de la FFME puis d'embrasser la carrière de guide.

Yannick fera partie de la célèbre cordée TGW (Trommsdorff, Graziani, Wagnon) qui a décroché quelques belles réalisation en Himalaya comme le Chomo Lonzo (nominé au piolet d'or). On le retrouvera également en solitaire en face Sud de l'Aconcagua (6962m, Argentine) ou au Makalu (8463m, Tibet) mais aussi en cordée au Nemjung (7140m, Népal), au Chaukhamba II ou au Pumari Chisch

Stéphane Benoist s'est fait les dents sur la face Sud du Nuptse en 2008 (gravie en style alpin avec Patrice Glairon-Rappaz ce qui leur vaudra une nomination aux Piolets d'Or) sur le Baghirati, le Thalay Sagar ou encore le Kwande Lho (Voir son palmarès) 
On attend maintenant leur retour au camp de base pour plus d'informations sur leur ascension
Plus d'infos sur les voies de la face Sud de l'Annapurna
…..
Nice-Matin
Deux alpinistes azuréens au sommet de l'Annapurna
Publié le jeudi 24 octobre 2013 à 22h27 

Deux alpinistes azuréens à l'assaut de l'Annapurna. DR
Le Niçois Stéphane Benoist, guide de haute-montagne pour la compagnie Guides 06, et le guide de haute-montagne à la compagnie de Chamonix, originaire de Tourrettes-sur-Loup, Yannick Graziani, ont atteint, jeudi matin, le sommet de l'Annapurna (8.091 mètres) dans l'Himalaya.

En 2010, les deux athlètes bien connus dans le milieu montagnard, avaient déjà tenté cette ascension via les 2.300m de la face sud.
La météo les avait stoppés à 6.800m.
Jeudi matin, c'est un texto reçu par Yan Giezendanner, routeur à Météo France Chamonix, qui annonçait la bonne nouvelle.
Mais l'expédition n'est pas pour autant terminée. Deux jours sont nécessaires pour redescendre cette face.

Le Dauphiné
Yannick Graziani et Stéphane Benoist au pied de l'Annapurna

Le Suisse Ueli Steck n'est pas seul cet automne à l'ombre de la face sud de l'Annapurna (8091m). En effet on a appris récemment que le guide de Chamonix Yannick Graziani, originaire de Nice comme son compagnon d'aventure Stéphane Benoist, était également sur le versant méridional de ce 8000 si évocateur pour la patrimoine de l'alpinisme français.
Cette face sud est un gros morceau de l'histoire himalayenne et les deux garçons s'y étaient déjà frotté sans succès en 2010, la météo leur mettant des bâtons dans les crampons. Partis mi-septembre, ils semblent avoir bien réussi leur acclimatation et devaient notamment gravir un 6000 non répertorié. Pendant ce temps, la face sud de l'Annapurna, bien sèche jusque-là, se serait quelque peu remplumée en neige. Peut-être un signe pour le tandem Graziani-Benoist, modèle d'élégance en style alpin à très haute altitude.
…..
PAGES 1 - 2


 

© grandes-courses-alpinisme.com 2005-2017
Alpinisme - Webmaster - Conception : Béatrice Cardinale
Téléphone : 04.93.13.93.34 / 06.07.58.61.82 - Conditions de vente
Email :
Valid XHTML 1.0!